Ca fait bien longtemps que j’ai lĂąchĂ© l’Ă©criture sur le blog par manque de temps et surtout Ă  cause des connexions wifi relativement alĂ©atoires quand on est en mouvement permanent.

Mais mon ascension du Mont Rinjani, il faut que je vous la raconte par besoin aussi pour moi d’extĂ©rioriser tout ce que j’ai ressenti durant ces 3 jours !

Tout d’abord, faisons les prĂ©sentations !Le Rinjani est tout simplement le deuxiĂšme plus grand volcan d’IndonĂ©sie (3 726m d’altitude). Le plus grand Ă©tant le Kerinci (3 805m d’altitude) sur l’üle de Sumatra. SituĂ© dans la partie Nord de l’üle de Lombok, il se prĂ©sente sous la forme d’une montagne avec au sommet une caldeira de 8,5 kilomĂštres de longueur et de 6 kilomĂštres de largeur. La caldeira est composĂ©e d’un lac de cratĂšre (Segara Anak) et d’un mini-volcan actif (le Barujari). La derniĂšre éruption remonte à Novembre 2010.

J’avais lu beaucoup de d’articles de blog sur cette ascension rĂ©putĂ©e TRES difficile et j’avoue que l’idĂ©e de ce trek s’Ă©tait vite volatilisĂ©e…. et puis je ne sais pas trop pourquoi, alors que j’Ă©tais posĂ©e Ă  Ubud en attendant mon passeport qui Ă©tait parti Ă  l’immigration pour renouveler mon visa, l’idĂ©e a refait surface ! J’ai alors postĂ© une annonce sur plusieurs groupes facebook pour chercher des compagnons de trek ! Et nous voilĂ  un petit groupe de 9 français Ă  partir pour cette expĂ©dition ! J’ai nĂ©gociĂ© un prix pas trop mal avec Rinjani Guide Master et Dewa son patron ( WhA +62 878-6535-2521) , pour 110USD (1 550 000 Roupies) pour le trek de 3 jours 2 nuits en partant de Sembalum, avec un guide et 4 porteurs , la nourriture, le transfert pour rejoindre le village dĂ©part Ă  Senaru de partout sur Lombok et le transfert vers Bangsal et Kuta Ă  la fin du trek, ainsi que la nuit en guesthouse la veille du dĂ©part.

Pour les prĂ©sentations du groupe, nous avons: Laura, 30 ans,  qui vient de Nice, passionnĂ©e de rando, d’alpinisme de cannyoning, en voyage de puis 1 an et qui termine son voyage par l’indonĂ©sie… Raphael et Emy, 30 ans, les alsaciens qui vivent au Canada et qui viennent de passer un an en WHV en Nouvelle ZĂ©lande…. Ils ont fait tous les treks de ouf et les great walks de NZ et courent des marathons, pour vous situer un peu le niveau  ! CĂ©cile (28 ans) et Alex (30 ans)  que j’ai rencontrĂ©s par hasard dans un resto Ă  Kuta Lombok et avec qui le courant est de suite passĂ© et avec qui nous avons passĂ© qq jours sur les belles plages de Kuta Lombok. CĂ©cile est mĂ©decin (ça rassure quand on part en trek) et Alex ancien officier de la marine, tous les 2 trĂšs sportifs aussi. Puis nous avons Lena, 25 ans, qui a plaquĂ© son boulot Ă  Londres dans la finance aprĂšs avoir Ă©tĂ© bien pressĂ©e comme un citron et qui a dĂ©cidĂ© de voyager en attendant sa reconversion, Lena est aussi une habituĂ©e du trekking! En enfin les « chouquettes du ch’nord » , Justine et MĂ©lanie, 2 Ă©tudiantes de l’IESEG, 21 ans, sportives et en pleine force de la jeunesse,  que j’ai rencontrĂ©es Ă  Ubud Ă  la Villa de Jawad (private joke). Et moi, la mamie de presque 40 ans, qui n’a pas vraiment fait de sport depuis 4 mois (depuis les randos de NZ) ! Autrement dit, y a du niveau !!! Ah oui il y avait aussi Jessica, une jeune suisse de 25 ans, qui voyage aussi autour du monde et qui a passĂ© plusieurs mois en NZ (dĂ©cidemment, beaucoup de frenchies en NZ). Mais Jessica a du dĂ©clarer forfait le jour du dĂ©part sur contre indication mĂ©dicale, elle s’est blessĂ©e au genou la veille en faisait du surf !!! Et vu la difficultĂ© du trek, il ne vaut mieux pas tenter le diable….

Sur le bateau qui m’a amenĂ© de Bali Ă  Lombok j’ai rencontrĂ© CĂ©cile qui vient d’Auvergne et qui pour des raisons d’organisation, ne peut pas se joindre au groupe et part faire le trek directement en arrivant sur Lombok. Je la retrouve Ă  Kuta aprĂšs son trek et son tĂ©moignage me fait un peu flipper. CĂ©cile est aussi plutĂŽt sportive (cross fit c’est pour dire) et elle en a ch– comme pas possible. En plus elle est tombĂ©e dans un groupe avec un guide qui ne l’a jamais attendu et s’est retrouvĂ©e en pleine montagne seule Ă  essayer de s’orienter Ă  la nuit tombĂ©e avec Maps.me! Je ne peux m’empĂȘcher de rigoler quand je la vois se lever pour aller aux toilettes aprĂšs les quelques Bintang que nous avons partagĂ©es…. Elle marche comme une handicapĂ©e rongĂ©e par les courbatures…. c’est pas drĂŽle mais je garderai toujours  cette image en tĂȘte de CĂ©cile !!!

Le Samedi 16 juin, nous prenons donc la route vers Senaru, CĂ©cile, Alex, Justine, Mel et moi au dĂ©part de Kuta, et Emmy, Raph et Laura au dĂ©part de Bangsal. Au passage nous nous arrĂȘtons Ă  l’aĂ©roport rĂ©cupĂ©rer Lena qui arrive de Denpasar…. Elle a droit Ă  un comtĂ© d’accueil, on est 5 Ă  l’attendre aux arrivĂ©es avec un papier portant son nom ! On a bien rigolĂ© , les gens ont du nous prendre pour des fous !

AprĂšs 3h de route, nous arrivons Ă  Senaru oĂč nous retrouvons Raph, Emmy et Laura ainsi que Dewa pour un petit brieffing de ce qui nous attend ! Nous mangeons tous ensemble (enfin moi perso, le stress monte tellement que j’ai l’appĂ©tit coupĂ©) et nous dormons pour la derniĂšre fois dans un lit et prenons notre derniĂšre douche, avec un micro filet d’eau froide, je sais pas pourquoi ils ont coupĂ© l’eau ces andouilles !

RĂ©veil Ă  7h du mat pour un petit dej Ă  base de banana pancake. Ca a du mal Ă  passer mais je me force…

photo Laura

Puis tous dans la bétaillÚre direction Sembalum.

Je pensais prendre mon petit sac de 20L bourrĂ© au max mais sur les conseils des trekkeurs fous Emy et Raph, je dĂ©cide de prendre mon gros sac de 50L, certes plus lourd Ă  la base mais bien plus confortable Ă  porter…  Nous arrivons au bureau des enregistrements, nous notons sur un cahier notre nom, Ăąge, n° de passeport, nom de notre guide etc pour signaler qui est prĂ©sent sur le parc national ! Il y a un monde fou !

Et lĂ  nous entamons le trek…. Je me demande si ne je fais pas une connerie… Mais bon, pensĂ©e positive, allons-y !.

Tout le monde est frais et souriant Ă  ce moment lĂ  !

Le programme de la premiÚre journée est de rejoindre le Semablum crater , soit 8,5km avec un D+ de 1500mts. La premiÚre partie le matin est plutot facile assez plate et il fait un temps magnifique!

On se pose pour manger et lĂ  on attend pendant une heure que les porteurs et notre guide nous fassent Ă  manger…. On dĂ©couvre un peu la logistique. Ils transportent une gaziniĂšre Ă  2 feux, des casseroles et toute la bouffe et l’eau pour 14 personnes ! Ils sont 4 porteurs dont un jeune de 15 ans! Au menu riz, poulet, lĂ©gumes et fruits avec un petit thĂ© Ă  la fin ! Royal !

On a bien mangĂ© mais cet arrĂȘt de 1h30 nous a carrĂ©ment cassĂ© notre rythme… Puis l’aprĂšs midi, c’est lĂ  que les choses se corsent….la montĂ©e vers le Sembalum Crater est bien plus raide et c’est lĂ  que tous les copains du groupe me distancent et que je me retrouve seule avec Nour notre guide. Ca commence fort, j’en chie de ronds de chapeau! Il marche Ă  mon rythme et m’attend. Je retrouve mon groupe au POS4 oĂč ils sont arrivĂ©s 10 minutes plus tĂŽt… ForcĂ©ment en arrivant la derniĂšre, mes pauses sont beaucoup plus courtes ….

Puis on enchaine la derniĂšre montĂ©e jusqu’Ă  notre camp de base pour la nuit ! Je suis L-E-S-S-I-V-E-E ! Le cardio a beaucoup de mal Ă  suivre en montĂ©e… Je sens que j’ai perdu ma condition physique ! Je pense Ă  mes petites Curvettes et Ă  tous les conseils que je leur donnais et que je n’ai pas appliquĂ© !!! la vilaine ! Franchement, on ne part pas faire un trek de cette ampleur sans un minimum de prĂ©paration ! Je ne sais pas ce que j’avais dans la tĂȘte, je me suis dit qu’avec mon passif de sportive ça allait passer… et mes randos nĂ©o-zĂ©landaises ne me semblaient pas si loin ….

Le camp est impressionnant ! Il y a un nombre incalculable de tentes sur la crĂȘte du cratĂšre…. ça s’Ă©tend Ă  perte de vue !

Je retrouve mon Ă©quipe et ma tente, on fait quelques Ă©tirements et on admire les rayons du soleil couchant sur le sommet du Rinjani qui ne nous semble plus trĂšs loin (et pourtant…)

Dos au Rinjani, le coucher de soleil sur les montagnes et sur le mont Agung de Bali…..

photo Emy

Whaou ! c’est magnifique! Une fois le soleil couchĂ© , il fait super froid…. On enfile nos hauts thermiques polaires, collants en mĂ©rinos, coupe vent et on mange tous ensemble dans la tente des porteurs qui n’est rien d’autres qu’une bĂąche soutenue par quelques piquets…. Au menu, curry de poulet avec des lĂ©gumes et du riz… Et de la Bintang qu’Alex et CĂ©cile sont allĂ©s acheter Ă  l’entrĂ©e du campement ! C’est lĂ  qu’avec le stress l’appĂ©tit commence pour ma part Ă  se couper…. j’essaye de manger mais impossible de finir mon assiette…

Nour nous explique ce qui nous attend pour demain matin. 1100mts de D+ pour 3h thĂ©orique de marche afin d’atteindre le sommet, puis on redescend en 2h (1100mts de D-) DĂ©jĂ  rĂ©veil Ă  2h, petite collation et dĂ©part Ă  2h30 Ă  la frontale. La durĂ©e thĂ©orique est de 3h. La premiĂšre partie est trĂšs raide dans du sable volcanique, de la poussiĂšre quoi, « sur cette partie beaucoup de gens pleurent et abandonnent » nous explique Nour.  Il faut marcher comme cela pendant 1 heure environ ! ensuite la 2e partie est moins raide mais plus longue….et la derniĂšre partie  bah good luck !!! On va se coucher Ă  19h. La nuit est un peu agitĂ©e, car des randonneurs arrivent jusque 22h/ 23h et s’installent juste Ă  cĂŽtĂ© de notre campement en faisant Ă©normĂ©ment de bruit…. Alex s’Ă©nerve un peu pour les faire taire mais sans grand succĂšs… A 2h le rĂ©veil sonne…

photo de Laura

Je me force Ă  avaler le sandwich confiture et le cafĂ© que les porteurs m’amĂšnent dans ma tente….  J’ai dĂ©jĂ  trĂšs mal aux cuisses…. 2h30 toute la troupe se met en route et au bout de 5 minutes, je ne sais dĂ©jĂ  plus les suivre…. J’entame cette fameuse 1Ăšre partie hardcore. Effectivement en plus du terrain sableux, de la pente et du monde de dingue, on bouffe et on respire de la poussiĂšre…. C’est lĂ  que je me demande ce que je suis venue foutre lĂ  !!! je songe vraiment Ă  abandonner… et revenir au camp de base pour attendre les autres…. Puis je me dis que c’est con quand mĂȘme….  Je pense trĂšs fort Ă  ma maman en la suppliant de m’envoyer toute sa force pour me mener au sommet…. J’essaye de chasser de ma tĂȘte toutes ces pensĂ©es nĂ©gatives « je vais jamais y arriver », « c’est trop dur » et je les remplace par la visualisation de moi mĂȘme au sommet avec la plaque RINJANI 3726mts entre les mains et le sourire aux lĂšvres…  Et lĂ  je me dis tout est dans le mental ! et j’avance pas aprĂšs pas, littĂ©ralement,  je plante mes bĂątons (Nour me laisse le sien afin que je puisse me propulser avec mes deux bras…) , je pose un pied, m’assure de mon appui et commande avec force Ă  mon quadriceps de pousser en m’aidant de mes bras avec les bĂątons… inlassablement…. les pensĂ©es nĂ©gatives reviennent Ă  la charge….je les chasse avec ma visualisation et la pensĂ©e de ma maman….  je m’arrĂȘte de nombreuses fois, pour reprendre mon souffle, boire une gorgĂ©e…. Nour ne me lĂąche pas d’une semelle. Il marche soit derriĂšre soit devant moi. Il  reste muet et ne m’encourage pas forcĂ©ment mais le fait de ne pas ĂȘtre seule m’aide… Je lui demande de temps en temps combien de temps il reste et je regrette de lui avoir demandĂ© au moment oĂč il me donne la rĂ©ponse…. J’arrive enfin Ă  la 2Ăšme partie un peu plus plate….  c’est pas non plus une partie de plaisir…. Un point positif (que je vois maintenant que je rĂ©dige ces lignes) c’est que j’Ă©tais bien Ă©quipĂ©e et que je n’ai absolument pas souffert du froid…. Avant d’entamer la derniĂšre montĂ©e, je me pose avec Nour pour manger quelques biscuits et boit de l’eau…. les larmes coulent… je ne peux pas abandonner, pas maintenant… je vois les lumiĂšres des frontales en haut du sommet…

photo de Laura

Bordel, qu’est ce que c’est encore loin…. Et lĂ , mĂȘme technique, un pas devant l’autre…. je pose le pied, assure l’appui et mon cerveau commande mon quadri  de pousser fort…. Contrairement Ă  beaucoup qui font 2 pas en avant 1 pas en arriĂšre, ma technique tortue ne me fait pas trop glisser dans sable…. De  temps en temps j’ai le malheur de lever la tĂȘte et de voir les loupiotes au loin…. non CĂ©line, regarde tes pieds, juste tes pieds, pense Ă  toi en haut avec ta pancarte…. Maman donne moi la force….Je comprends vite que je ne serai pas en haut pour le lever du soleil…. je m’en fiche mon but maintenant est d’arriver en haut tout simplement… je vois le soleil se lever sur ma gauche…. c’est magnifique…. je m’arrĂȘte pour reprendre mon souffle et prendre des photos….

Voyez ma tĂȘte ! Suis au bout de ma vie ! J’arrive en haut, il y a un peu de rochers Ă  escalader… Quelques guides me congratulent, ça fait plaisir ! lĂ  il y a des centaines de personnes….

j’essaye de retrouver mon groupe… Ils sont lĂ  depuis 1h Ă  se les geler….et sont prĂȘts Ă  rattaquer la descente…. Ah non moi je descends pas sans ma photo de la victoire avec le panneau, le fameux panneau ! AprĂšs 15 minutes de queue CĂ©cile prend quelques photos de moi ! CA Y EST ! JE L’AI FAIT ! je n’en reviens pas moi mĂȘme….

  

Moi qui voulais abandonner tout en bas…. je suis trop fiĂšre !!! Je ne peux pas poser trop longtemps il faut qu’on soit redescendu au camp de base pour 9h. Et lĂ  je sais que la bataille Rinjani/CĂ©line est loin d’ĂȘtre gagnĂ©e…. ce qui Ă©tait bien raide Ă  la montĂ©e l’est tout autant Ă  la descente ! Vous avez dĂ©jĂ  grimpĂ© et descendu la dune du Pilat? bah c’est pareil ! Ă  la seule diffĂ©rence c’est que je n’ai plus de cuisses et que je ne peux pas courir dans la descente…. et puis c’est pas que du sable, y a aussi des cailloux….

Donc la technique c’est plantĂ© de talon , tu t’enfonces jusqu’au mollet dans le sable et tu avances comme ça…. niveau difficultĂ© rien Ă  voir avec la montĂ©e mais quand mĂȘme traumatisant pour mes quadri qui commencent Ă  ne plus rien retenir…. Sur le chemin du retour je m’arrĂȘte souvent pour rĂ©aliser le chemin que j’ai fait dans l’autre sens et pour admirer la vue des 2 cĂŽtĂ© de la crĂȘte ! C’est splendide !

Il y a des singes qui viennent poser en Ă©change de quelques biscuits….

photo de Laura

je croise mĂȘme un petit garçon de 8 ans qui fait l’ascension avec son papa !!! je pense Ă  mes loulous et j’imagine Louise qui est fatiguĂ©e au bout de 1km de marche !!!

au fur et Ă  mesure de la descente, le Barujari qui est le petit volcan actif au coeur du lac de cratĂšre Segara Anak sort de l’ombre et se laisse dĂ©voiler…. Un plaisir pour les photographes !

J’arrive au camps de base vers 9h20,(20 minutes aprĂšs tout le monde comme d’hab!)  on prend un petit dĂ©j copieux Ă  base de banana pancake, et hop ni une ni deux, pas le temps de rĂ©flĂ©chir on entame la descente vers le lac Segara Anak. 600mts « seulement » de D- en 3h  !!! en mode escalade de rochers… c’est lĂ  que RIP mes cuisses, ont rendu l’Ăąme dĂ©finitivement… je pleure de douleur…. CĂ©cile qui n’a pas de sac car son cheri porte un sac pour eux 2, me propose de porter le mien… je ne refuse pas… elle me l’avait dĂ©jĂ  portĂ© Ă  plusieurs reprises la veille !! .et je souffre sur les 3 voire 4h je ne sais mĂȘme plus de descente infernale… Nour est toujours lĂ  pour m’aider, me tenir la main, me montrer oĂč poser mes pieds…. de temps en temps je retrouve les autres qui m’attendent rĂ©guliĂšrement mais vu le retard que je prends je ne peux pas faire trop de pause…. Je supplie le groupe et Nour de dormir au lac en bas parce que le programme « thĂ©orique » voudrait qu’on remonte au Senaru Crater le soir mĂȘme pour y dormir , soit 400mts de D+ en 2h30 ce qui me semble insurmontable…. avant d’arriver au Hots Springs on s’arrĂȘte pour manger et on entame les nĂ©gociations…. plusieurs personnes du groupe ne pensent qu’Ă  leur bateau le demain Ă  Bangsal qu’elles vont rĂąter si on ne respecte pas le planning… je veux bien moi mais je n’avance plus… c’est pas un manque de volontĂ©…. c’est physique, mes jambes n’avancent PLUS DU TOUT ! Alors Nour nous propose une solution qui coupe un peu la poire en deux…. On fait 1h de montĂ©e sur les 2h30 et le lendemain on se lĂšve Ă  4h30 pour redĂ©marrer le trek Ă  5h et rattraper notre retard… Banco, validĂ©…. Il va me falloir encore pousser sur mon mental pour arriver jusqu’au lac et remonter la derniĂšre heure….

La Noddle soup a du mal Ă  passer… je me force! j’arrive Ă  en manger la moitiĂ© quand mĂȘme. Un petit bali coffee et hop c’est reparti. Il y a moins d’une heure de marche jusqu’au sources chaudes…. Je reste sur ce dernier tronçon avec CĂ©cile Alex et RaphaĂ«l…. qui discutent de plein de sujets hyper intĂ©ressants mais je suis bien incapable de participer tellement je suis concentreĂ©e sur les ordres que mon cerveau doit donner Ă  mes cuisses pour les faire avancer…. ArrivĂ©s au lac, des centaines de tentes …. et de dĂ©tritus….

Petite apartĂ© sur l’Ă©tat de propretĂ© du Rinjani…. C’est tout simplement une dĂ©charge Ă  ciel ouvert ! Un peu comme toute l’IndonĂ©sie d’ailleurs… C’est un sujet dont nous dĂ©battons trĂšs souvent entre europĂ©ens… On ne comprend pas comment ce pays peut ĂȘtre aussi sale… Et en fait il suffit d’observer le comportement des locaux…. Ils utilisent beaucoup de plastiques, boivent une canette et la balance lĂ  oĂč ils se trouvent… Ils n’ont absolument aucune conscience du problĂšme environnemental mondial …. j’avais dĂ©jĂ  remarquĂ© ça en ThaĂŻlande… Pourtant c’est pas faute d’Ă©ducation, on leur apprend dans les Ă©coles… mais ils s’en contrefichent !Et donc le Rinjani ne fait pas exception Ă  la rĂšgle…. Tout au long du chemin, des papiers, des plastiques, des mĂ©gots de cigarette…. On les vois faire les locaux…. ils mangent et jettent les emballages….  On en parle Ă  Nour, avec un peu de vĂ©hĂ©mence…. Il est trĂšs conscient du problĂšme, il ne cautionne pas du tout… mais les choses sont trĂšs lentes Ă  faire changer en IndonĂ©sie…. A plusieurs reprises,  quand on fait des pauses, je le vois remplir des sacs poubelles entiers de dĂ©tritus…. Le deuxiĂšme point nĂ©gatif de ce trek c’est le monde !!! Des milliers de personnes sur le chemin…. Si vous comptez vous retrouver seul en pleine nature, passez votre chemin….  C’est probablement dĂ» au fait que nous sommes au lendemain de la fin du ramadan, beaucoup d’IndonĂ©siens sont en vacances et se lancent dans ce mythique trek !

photo Emy

 

Nous faisons une pause de 20/30 minutes au sources chaudes ! L’Ă©tat de propretĂ© de l’eau ne donne absolument pas envie de s’y baigner…. On voit des gens s’y brosser les dents et probablement assouvir d’autres besoins…. Il y a beaucoup de vent il fait froid, on n’a vraiment pas envie d’y aller Ă  la grande dĂ©ception de Nour !!!

On mange quelques biscuits avant de reprendre le chemin pour la derniĂšre heure de monter… Allez la Grande CĂ©line, courage, il va t’en falloir ! Les copains m’attendent , je crois qu’ils sont morts eux aussi !!! Je continue de souffrir , les larmes continuent de couler…. J’arrive en haut, l’appĂ©tit coupĂ©….  je rentre vite dans ma tente pour m’isoler…. j’ai envie de parler Ă  personne…. Je me change, mes des habits secs et tente de m’Ă©tirer un peu…. Laura me propose un massage des cuisses et des mollets !!! Franchement ça ne peut pas mieux tomber…. ça me fait du bien moralement et physiquement! Encore mille mercis Laura ! Ca ne me permettra pas de rĂ©cupĂ©rer mes cuisses le lendemain mais je pense que ça m’a permis de passer une bonne nuit…. Il fait un froid de canard dehors, on mangera chacun dans notre tente…. c’est pas hyper convivial mais il fait trop froid…. Je ne mangerai pas grand chose j’ai vraiment pas d’appĂ©tit et je tremble comme une feuille…. je crois que j’ai de la fiĂšvre, sĂ»rement dĂ» Ă  mon Ă©tat de fatigue physique intense !

RĂ©veil Ă  4h30, petit dĂ©j banana pancake et toast confiture qui ont du mal Ă  passer mais je me force un peu! Mes habits de la veille n’ont pas sĂ©chĂ©, je remets ma brassiĂšre mouillĂ©e, quelle horreur ! et je mets le dernier tee-shirt sec que j’ai! On se met en route Ă  5h. Le groupe ne me lĂąche pas et m’encourage, surtout Alex CĂ©cile et Laura !!! Il y a 1h30 de montĂ©e trĂšs raide… les muscles sont toujours morts (malgrĂ© le massage de Laura de la veille) mais lĂ  clairement c’est mon cardio qui ne suit pas… Encore des larmes…. Je me demande comment je vais arriver au bout…. J’ai envie qu’un hĂ©lico vienne me chercher. Je voudrais abandonner…. Mais je ne peux pas… Je vous avoue mĂȘme que l’idĂ©e de me faire une belle entorse m’a traversĂ© l’esprit !!! pour avoir une bonne raison de me faire rapatrier…. Et lĂ  comme la veille dans la montĂ©e au sommet, je pense fort Ă  ma mĂšre et la supplie de m’aider…. ArrivĂ©e en haut du Senaru Crater (2461mts), la vue est un peu couverte , on voit quand mĂȘme le lac en bas et de l’autre cĂŽtĂ© les montagnes verdoyantes , ça change du cĂŽtĂ© apocalyptique de la roche volcanique !

Nour notre guide

Petite pause boisson, gĂąteaux (rien ne passe encore une fois) et hop on attaque les 5 heures de descente finale ! La premiĂšre heure est horrible encore une fois car comme la veille il s’agit d’escalade dans les rochers… C’est Nour qui m’attend cette fois ci… je jure bordel de merde !!! et je suis pas au bout de mes peines… La douleur me semble pire que la veille… Ensuite on arrive dans la jungle , le dĂ©nivelĂ© est nettement plus doux, mais le terrain est compliquĂ©, entre racines , pierres glissantes, grosses « marches » Ă  descendre…. c’est vraiment dur pour moi ! A chaque pause je m’effondre en larmes…. je pense pas ĂȘtre une chochotte mais la douleur physique et morale est si intense… Les autres me rĂ©confortent, me fĂ©licitent, m’encouragent…. Ils en chient beaucoup moins que moi mĂȘme si ce n’est pas non plus une promenade de santĂ© pour eux…. DĂ©jĂ  ils sont beaucoup mieux prĂ©parĂ©s physiquement, ont entre 10 et 15 ans de moins que moi, et possĂšdent encore l’entiĂšre facultĂ© de leur corps !

A 11h30 on casse la croute, le dernier repas c’est fried noddles ! Je ne peux encore une fois rien avaler a part quelques rondelles d’ananas et une orange, et je me force aussi pour les 2 morceaux d’omelette ! Une fille d’un autre groupe me voit dans un tel Ă©tat de dĂ©labrement physique et mental qu’elle me propose un anti-inflammatoire…. Je ne rĂ©flĂ©chis pas je le prends…  Je sais qu’il reste 1h30 de marche…. c’est rien et tellement Ă  la fois…. Allez pas le choix il faut se remettre en route. Et avec une bonne averse qui nous tombe dessus comme si c’Ă©tait pas encore assez dur moralement pour moi!!! La pluie rend le terrain encore plus glissant !  Pour l’instant on est dans les temps pour le dernier bateau de Bangsal Ă  16h30. Et lĂ , je ne sais pas si c’est la pensĂ©e de la fin toute proche oĂč l’anti-inflammatoire qui fait effet (en fait sĂ»rement les 2), je me retrouve en tĂȘte du peloton a tenir un bon rythme sans presque aucune douleur ! Je bĂ©nis cette fille qui m’a donnĂ© ce mĂ©doc ! Au bout d’une heure nous voilĂ  Ă  la grille de sortie du parc national oĂč Emy enregistre la sortie de tout le groupe sur le registre !

notre état de propreté aprÚs 3 jours !

elle a l’air souriante comme ça la Grande CĂ©line! En fait elle est juste HEUREUSE d’en avoir fini !

Il ne reste alors que 30 minutes jusqu’au village ! Ca ne me semble pas insurmontable car le chemin est goudronnĂ© ! Oui mais en pente !!! Il faut Ă  nouveau que je contracte mes quadriceps qui ne rĂ©pondent plus depuis la veille…. Et lĂ  je maudis l’organisateur du trek ! Pourquoi bordel ils n’envoient pas leur bĂ©taillĂšre nous chercher Ă  la sortie du parc? C’est avec beaucoup de mal sur le dernier kilomĂštre que je rejoins l’espĂšce de petit cafĂ© oĂč nous attendons le bus ! On s’est speedĂ© pour rien ! on poireaute lĂ  pas loin de 45 minutes …. Ca me laisse le temps d’Ă©tirer les parpaings qui me servent de muscles ! On fait une collecte pour les porteurs et le guide !. Il faut savoir qu’un porteur est payĂ© environ 500 000 roupies , soit 30€ pour les 3 jours de trek ! Ces hommes sont des machines ! Ils partent aprĂšs nous, nous doublent sur la route, arrivent avant nous au campement, quand on arrive les tentes sont montĂ©es et le repas en cours de prĂ©paration, tout cela en tongs ou pieds nus, avec 40 Ă  50 kilos sur les Ă©paules ! et toujours avec le sourire ! Le plus jeune porteur de notre groupe a 15 ans ! Et dans les descentes, lĂ  oĂč toi tu te concentres pour ne pas glisser, bah eux ils courent avec leur chargement sur les Ă©paules, normal !!!

 

Nour notre guide Ă  29 ans ! Ca fait 10 ans qu’il est guide et pour rien au monde il ne quitterai son village et son Rinjani ! Il a fait le trek plus de 1000 fois (il ne sait pas en fait il ne compte plus) Il est sur le Rinjani 6 jours sur 7! Alors oui parfois il est fatiguĂ© physiquement mais c’est son mĂ©tier et il l’aime ! AprĂšs les pu&@$ bordel de m— que j’ai lachĂ© de nombreuses fois sur ces 3 jours , il y a aussi « mais c’est mecs sont des machines » Ă  chaque fois que je croisais ou laissais passer un porteur ! C’est incroyable ! Je me demande s’ils viennent de la mĂȘme planĂšte que nous !

Enfin le bus arrive ! Vite il nous dĂ©pose Ă  la guesthouse du premier jour , pas le temps pour une douche ! on refait trĂšs vite nos backpacks et on remonte dans le bus pour tenter d’ĂȘtre Ă  16h30 Ă  Bangsal. Ca roupille pour la plupart…. On arrive a Bangsal Ă  16h15. On dit au revoir Ă  CĂ©cile Alex et Lena qui repartent sur Kuta. Moi perso j’ai plus d’Ă©nergie, je laisse les autres chercher le bon guichet pour le bon bateau allant Ă  Gili Air…. On dit au revoir aussi Ă  Laura qui elle part sur Gili Meno. Et avec Emy Raph et les chouquettes (Mel et Ju) on embarque sur le rafiot pour Gili Air. Encore un effort surhumain pour monter dans le bateau avec mon backpack de 20kg !!! Un monsieur Ă  pitiĂ© de moi et m’aide! La traversĂ©e dure 20 minutes… LĂ  le bateau accoste devant la digue mais il y a 1mĂštre entre le bateau et la digue. Emy sort « et lĂ  tu prends ton Ă©lan et tu sautes » !!! Grand moment de solitude dans mon regard ! Non mais je vais jamais y arriver avec 20kg de bagage ! Et lĂ , ALLELUIA, un pĂšre de famille, me dit pas de panique je vais t’aider ! En fait non , il ne faut pas sauter sur la digue… Il y a un peu de plage donc juste descendre dans le sable et prendre le petit escalier…. Et le monsieur m’a dĂ©posĂ© mon gros sac sur le quai !!!! MERCI ! Il est 17h ! On se sĂ©pare en se donnant RdV Ă  19h pour manger tous ensemble ! Mais ma journĂ©e n’est pas finie ! Par chance ma guesthouse est Ă  300mt du port , soit 15 minutes en tenant compte de mon chargement et de la lenteur de mes pas ! J’arrive et lĂ  le mec me dit que le check in se fait dans l’hĂŽtel dont dĂ©pend la guest Ă  150mts de lĂ  ! Non mais c’est une blague j’espĂšre…. Je demande pour poser mon sac dans sa petite guĂ©rite et pars Ă  la recherche de la rĂ©ception…. Je suis au bout de ma vie ! Je n’Ă©coute mĂȘme pas ce que la gentille dame qui m’accompagne Ă  ma chambre me raconte, je ne pense plus qu’Ă  ma douche !!! . Et lĂ  dans la chambre pas d’Ă©lectricitĂ© ! Elle me dit de patienter, le technicien va venir rĂ©soudre le problĂšme…. J’attends 20 minutes…. Le mec arrive, appuie sur le disjoncteur et le courant se rĂ©tablit ! Il part…. 5 minutes aprĂšs ça ressaute… Heureusement j’ai vu oĂč Ă©tait le disjoncteur, donc je remets le courant… je commence Ă  dĂ©faire mn sac et ça ressaute…. Comme ça 4 ou 5 fois ! Du coup je me dis que c’est Ă  cause de la clim que j’arrĂȘte ! Effectivement, ça ne saute plus ! Je peux enfin prendre ma douche, Ă  l’eau froide ! Bah oui, on est sur une Ăźle, l’eau chaude c’est que dans les beaux hĂŽtels et encore !!! La propretĂ© de la douche laisse Ă  dĂ©sirer ! J’aurais aimĂ© voir le noir couler dans le bac de douche aprĂšs ces 3 jours dans la sueur et la poussiĂšre ! AprĂšs ma meilleure douche de l’annĂ©e, je repars Ă  l’accueil pour leur signaler le problĂšme de clim…. Le technicien revient, il me dit qu’il rĂ©parera demain et en attendant il m’installe un ventilo pour la nuit, ventilo qui occupe l’unique prise Ă©lectrique de la chambre donc je ne peux pas recharger mon tĂ©lĂ©phone…. Bref 19h arrive bien vite ! je n’ai pas eu le temps de vraiment me poser… Je retrouve Emy Raph Mel et Ju au Classico, une pizzĂ©ria italienne parce que lĂ  non, mais FUCK le Nasi Goreng !!! On n’en veut plus du riz, on en a marre !!!

VoilĂ  comment s’achĂšve ma terrible ascension du Mont Rinjani ! Les 2 jours qui ont suivi je ne pouvais absolument plus marcher…. la mise en route le matin ou aprĂšs un long moment sur le transat Ă©taient assez folklo ! Les gens me regardaient bizarre comme si j’Ă©tais une handicapĂ©e ! Une fois Ă©chauffĂ©e, je pouvais faire des pointes Ă  2km/h , j’ai mĂȘme rĂ©ussi Ă  dĂ©passer un mec plongĂ© dans son smartphone Ă  envoyer des textos !!! lol Je suis allĂ©e me faire masser 2 jours de suite ! J’ai trouvĂ© une petite perle Ă  Jasmine Spa, une dame qui m’a massĂ©e dĂ©licatement sur les cuisses et les mollets mais suffisamment fort quand mĂȘme pour me les dĂ©tendre, et ceci avec une pommade chauffante ! Le 2e jour, en ressortant de lĂ , je remarchais normalement ! Le 3e jour, alors que j’ai retrouvĂ© l’usage de mes jambes et que j’Ă©tais prĂȘte Ă  faire le tour de l’Ăźle, me voilĂ  clouĂ©e au lit avec de la fiĂšvre et une bonne bronchite !!! DĂ©cidĂ©ment que crois que ce trek a tellement Ă©puisĂ© mon corps que ce dernier n’a pas su rĂ©sister aux chaud/froid que j’ai ressenti ! J+4 aprĂšs le retour, je suis encore faible mais demain je compte bien partir dĂ©couvrir l’Ăźle de Gili Air et ses spots de snorkelling pour y voir les fameuses tortues !!!

Catégories : Non classé

8 commentaires

Alice · 30 juin 2018 Ă  16 h 18 min

Ma copine….
Quel rĂ©cit! Il m’a tirĂ© quelques larmes et aussi quelques rires.
Difficile mais magnifique aventure! Mais tu peux ĂȘtre fiĂšre! Tu l’as fait!
Je suis fiĂšre de toi!!! ❀

CĂ©cile d'Auvergne · 1 juillet 2018 Ă  5 h 41 min

Wahououuuuu! Quelle aventure ce Rinjani 😜
Merci pour ta description sublime de moi 😅 lol
Sois fiĂšre de toi đŸ’Ș.
Des gros bizoox bon retour et au plaisir ds 1 contrĂ©e plus ou moins lointaine… đŸ˜ŠđŸ˜˜đŸ»đŸ»

    CĂ©line · 3 juillet 2018 Ă  14 h 31 min

    DĂ©solĂ©e, cette image de toi te levant pour aller aux toilettes !! Collector !!! Mais Ă  me moquer bah il m’est arriver la mĂȘme chose quelques jours aprĂšs ! lol !!!

Laurence Bellengier · 4 juillet 2018 Ă  9 h 53 min

Respect Madame,
Chapeau bas, voilĂ  une performance remarquable ; que ce soit dans l’effort et physique et aussi mental.
Je te suis depuis le dĂ©but mais ne peut faire de commentaire ; je n’ai pas de compte FaceBook et je n’en veux pas.
Je voyage par le biais de tes jolis textes et photos sublimes.

    CĂ©line · 5 juillet 2018 Ă  12 h 23 min

    Au plaisir de te revoir vite Laurence ! Je suis dans le secteur en Juillet ! Petite pause dans mon voyage, me ressourcer auprĂšs de mes proches pour mieux repartir en septembre !

Laurence Bellengier · 4 juillet 2018 Ă  9 h 59 min

Oups ! Rectification, c’est trop laid !
« Je te suis depuis le dĂ©but mais ne PEUX faire de commentaire ; je n’ai pas de compte FaceBook et je n’en veux pas. »
Je t’embrasse

    CĂ©line · 10 juillet 2018 Ă  15 h 52 min

    Coucou Laurence ! Merci pour ton message ! je suis de retour dans le nord pour le mois de Juillet, je vais essayer de passer au club Ă  l’occasion mais je ne sais pas encore quand …. on aura peut ĂȘtre l’occasion de se croiser… gros bisous !

Marie Jeanne Demeestere · 5 juillet 2018 Ă  15 h 31 min

Coucou Céline, aprÚs un petit circuit de 12 jours mais magnifique au Pérou je suis à nouveau tes aventures époustouflantes . Quelle superbe ascension que tu viens de réaliser là , il en faut de la condition physique . Bravo Céline et gros bisous.
Marie Jeanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *