De Picton à Wellington

Je reviens d’Abel Tasman vers 16h. Direction Picton pour attraper mon ferry qui est le lendemain à 14h, il faut faire le check in à 13h…. Je calcule mon coup pour passer la nuit à mi-chemin environ et j’opte pour la jolie ville côtière de Nelson qui est aussi sur les hauteurs et donc avec un joli point de vue au soleil couchant sur la baie de Tasman.

Je regrette encore une fois de ne pas prendre le temps de découvrir la région et notamment les Marlbourough Sounds qui sont des fjords beaucoup moins connus que ceux de Milford ou Doubtful sound….  Mais j’ai la conviction au fond de moi que je reviendrai dans ce bout du monde qui m’a tant transportée….

Je passe la nuit dans un camping plutôt tranquille et reprends la route le lendemain vers Picton! C’est une agréable surprise que cette petite ville que j’ai le temps de découvrir car j’avais pris vraiment pas mal d’avance pour être sûre de ne pas rater mon ferry. La route qui relie Nelson à Picton est aussi très sympa au milieu des vignes mais aussi des montagnes!

Cette jolie petite ville de Picton se situe au bord des montagnes et sous le beau ciel bleu, donne un petit air de Cote d’Azur !

Je vous laisse juger par les photos:

Puis je vois mon ferry entrer dans le port et me mets en route pour prendre la file d’attente afin de monter dedans… C’est à la queleuleu, chacun son tour !

On voit Deadpool là bas au loin !

Je profite d’une excellente connexion internet dans le bateau ainsi que d’un mini bureau avec des prises de courant pour charger ordinateur et téléphone, pour rédiger un article de ce blog ! Mais je sors sur le pont de temps en temps pour aller admirer le paysage. Il fait super beau et nous traversons les fjords.

Au bout de 3h30 de traversée nous arrivons à Wellington, accueillis dans le port par des dauphins !!! Incroyable !

Un accueil sympathique en arrivant dans le port de Wellington…😍

Publiée par La Grande Céline sur jeudi 15 février 2018

Je récupère ma titine alias Deadpool et affronte l’interminable queue pour sortir du port…. Il est 17h30, nous sommes en pleine heure de pointe à Wellington. Je me dirige vers l’unique camping que j’ai trouvé sur l’application Campemate à 10km du centre ville…. Je fais connaissance de la ville et j’attéris dans le quartier de Miramar qui est le lieu des studios de cinéma ! Car Wellington est la capitale du film Néo-Zélandais et a attiré de grands producteurs américains tels que James Cameron pour le tournage de Avatar, ou encore Peter Jackson pour la trilogie du Seigneur des Annaeaux, et bien d’autres encore. Les studios se visitent également mais j’ai choisi de me concentrer sur d’autres activités dont nous parlerons un peu plus loins.

Bref j’arrive à l’adresse du pseudo-camping…. Une espèce de parking avec 8 places qui étaient toutes innocupées…. et envahies de mauvaises herbes…. Un peu glauque… j’hésite vraiment à rester mais en même temps quand je regarde sur l’application, il n’y a vraiment pas de camping au coeur de Wellington. Il faut tout de suite s’éloigner de plusieurs dizaines de kilomètres…. Je me décide pour aller quand même toquer à la porte…. la porte est fermée avec un mot disant « même si ça n’en a pas l’air le camping est complet pour ce soir. Si vous souhaitez réserver pour demain, appeler le ….. » Effectivement étrange…. On dirait un camping fantôme mais il est complet… Je sais pas pourquoi mais ça m’arrange bizarrement…. Sauf qu’il est déjà 18h30 passées… Il faut vraiment que je me magne…. Le camping suivant sur ma liste est à l’opposé de Wellington à 25km de là , à Lower Hutt, en remontant vers le Nord! Un TOP10 Holiday park, une chaine présente un peu partout dans le pays. Je croise les doigts pour qu’il reste de la place…. et ouf, il y en a. Le camping est même quasiment vide. Par contre hyper cher et pas nickel niveau propreté…  J’ai la chance d’assister à un ciel de coucher de soleil magnifique….

Le lendemain, je redescends sur le centre ville de Wellington. Le temps est vraiment très venteux et fidèle à la réputation de « Windy Welli » que s’est faite la capitale de la Nouvelle Zélande (et non ce ‘est pas Auckland comme on pourrait le croire !)

Sur la matinée  je visite le musée Te Papa, qui est le musée national , Te Papa signifie « le lieu des trésors de cette terre » et qui se tient sur 6 étages.  Au premier étage, une expo temporaire sur la bataille de Gallipoli pendant la 1ere guerre mondiale. Bataille qui a durée 9 ans et durant laquelle de nombreux soldats Australiens et Neo Zélandais, alors sous le joug des britanniques, sont morts au combat. « Une fois passée la porte d’entrée, le visiteur plonge dans un espace sombre, aux murs noirs. L’exposition prend les couleurs de la guerre : noir, gris poussière, terre, kaki, rouge sang, sépia, métal. Et là, on a le souffle coupé, face à la statue du le Lieutenant Spencer Wesmacott, au sol, arme à la main, l’œil bleu incisif, décidé, les traits crispés, la bouche ouverte, le corps en tension, dans un cri de guerre, prêt à tirer. La représentation est hyper-réaliste, agrandie 2,4 fois par rapport à la taille réelle, et fidèle dans les moindres détails : ongles abîmés et salis, gouttes de sueur, sang séché sur la main, peau sèche et rêche, iris bleu gris de l’œil rivé sur l’ennemi. »

Le musée étant très grand, j’ai préféré m’attarder sur des parties moins « glauques » même si je suis d’accord qu’il est toujours bon de m’enrichir des épisodes de l’histoire…. Mais là je n’avais pas le coeur à m’enrichir sur ce pan de l’histoire….

Je  commence par une partie sur l’histoire Maori avec une immense et magnifique « marae », maison traditionnelle maorie en bois sculpté et une pirogue de guerre pouvant contenir 100 guerriers.

Ensuite je suis restée sans voix devant le calamar géant de 3,5mètres et 350kg, découvert en 2007. Un documentaire explique les conditions de sa découvertes dans l’Antarctique.

« L’animal examiné par les chercheurs mesure environ 3,5 mètres soit la longueur d’un mini bus. Ses huit tentacules avoisinent un mètre de long, soit environ la moitié de leur taille réelle avant d’avoir été endommagés, d’après les spécialistes qui pensent qu’il s’agit d’une femelle. Côté masse, la créature avoisinerait les 350 kilogrammes. Des mensurations qui n’étonnent pas quand on sait que le calamar colossal est considéré comme l’espèce de calamar la plus massive au monde. Néanmoins, le spécimen capturé n’apparait pas si grand au vu des estimations affirmant que l’animal peut atteindre une taille maximale de 14 mètres, tentacules compris. Outre ces dimensions, le calamar possède trois cœurs et une paire d’yeux de 35 centimètres de diamètre. »  source: maxisciences.com

Puis toute une partie du musée est consacrée au phénomènes volcaniques. En effet la nouvelle Zélande se situe à cheval sur deux plaques tectoniques et l’activité sismique est bien réelle. Une maison a été reconstituée. Vous prenez place dans le salon quand soudain la maison se met à trembler, comme si un séisme était en train de se produire…. Sensations garanties!

Puis un traditionnel coin sur la faune et la flore avec des kiwis empaillés. A ce moment là je ne désespère toujours pas d’en croiser un vrai en pleine nature….

Ma visite prend fin et je décide de visiter Zealandia qui m’a été plusieurs fois recommandé. Il s’agit d’une réserve naturelle protégée où l’on trouve la grande majorité des espèces endémiques du pays. Pour rentrer il faut montrer pâte blanche…. Je n’avais pas bien compris mais avant de passer le sas, vous devez vider votre sac à dos pour vérifier que vous n’introduisez pas de potentiel « prédateur » dans l’enceinte du parc! Ca me paraissait évident que je n’avait pas de souris ou de « Praline » (private joke pour Louise et Victor) dans mon sac mais un employé du parc m’a bien expliqué que je devais quand même vider mon sac….

Le parc est un sanctuaire géré par les maoris qui n’a pas pour but de faire des profits mais bien de transmettre cet héritage culturel aux générations futures. Ce sont des bénévoles qui entretiennent le parc et font faire les visites guidées de jour comme de nuit. J’ai pu y voir la quasi totalité des espèces du pays. En voici quelques unes…

Un gecko

Un Kâkâ

Un Saddleback

Un Kâkâriki

Le Takahé

Un Tuatara

Deux Kâkâ

Le parc est magnifique. Plusieurs sentiers de randonnée sillonnent autour du lac d’où l’on peut apercevoir des pied shag ou des little shag (la traduction dit cormoran mais je pencherais plus pour une sorte de héron)

La balade nous emmène tout en haut de ce barrage.  Une bonne balade dans le parx de plus de 10 km… Peu de monde j’ai vraiment apprécié cette découverte de la faune locale au plus proche d’elle pour l’observer et l’écouter….

Avant le reprendre la route vers le Nord et la suite de mon périple, je monte sur les hauteurs de Wellington,  au Mount Victoria lookout. Une vue à 360° sur Wellington et sa baie avec un vent bien puissant.Mais la vue est juste magnifique….

J’ai beaucoup apprécié les visites de Te Papa et de Zealandia mais je n’ai pas spécialement accroché avec la ville de Wellington. J’aurais peut être dû y passer un peu plus de temps. Mais sans camping à moins de 20km et avec un stationnement onéreux, j’ai préféré reprendre ma route vers le nord… Mon programme est encore flou à ce moment car la météo des prochains jours est plutôt moyenne. Je n’ai « que » 15 jours pour découvrir l’île du Nord. Il va falloir faire des choix encore une fois car je ne vais pas pouvoir tout visiter. Je dors ce soir là à Upper Hut, au Kiwi holiday park, à 36km de Wellington en passant par la route SH2 au centre de l’île. La nuit me portera conseil sur la suite de mon itinéraire….

 

 

2 réflexions au sujet de « De Picton à Wellington »

  1. Hello Céline, c’est super tu continues à nous faire rêver avec ces magnifiques photos . Et avec le descriptif de ton circuit on s’y croirait…. Bonne continuation et gros bisous . Marie Jeanne

    1. Coucou Marie Jeanne, j’espère que tu vas bien ! je profite de ce mois de repos sur mon île de rêve pour me mettre à jour !!!! Il y a encore quelques épisodes à venir !!! Bises à toi et aux copines curvettes !!!

Laisser un commentaire